Le vin : investir autrement !


investir dans le vin

Investir dans du vin constitue-t-il un investissement intéressant ? Beaucoup de gens se posent cette question, dont la réponse est principalement positive. Une réponse positive qui mérite certaines explications. En effet, avec cette conjoncture économique morose, miser sur le vin devient très tendance. Ces derniers temps, les investisseurs se détournent de la bourse dont les risques sont devenus de plus en plus importants. À la différence de ce placement, le vin constitue un actif tangible caractérisé par la forte hausse de la demande sur le plan international.

Investir dans le vin : un placement lucratif

 

Actuellement, le marché du vin est en pleine expansion. Il est surtout optimisé par les pays en pleine croissance, tels que le Brésil, la Russie, la Chine. Sur ces pays, les investisseurs adoptent ce type de placement en raison de la facilité et de la simplicité de son processus, et surtout de son rendement à très fort potentiel. En moyenne, ce placement peut générer un rendement pouvant dépasser les 10 %. Le vin constitue l’un des rares placements qui sont immunisés contre l’inflation.

 Comment investir dans le vin ?

–         L’investissement direct

La majorité des investisseurs réalise un investissement direct en détenant chez eux des bouteilles de vin. D’ailleurs, pour un amateur, c’est plus que plaisant et rassurant de détenir en direct l’objet de son investissement. Toutefois, la détention de ces bouteilles peut présenter certaines contraintes, notamment au niveau de la conservation et de l’espace de stockage. En effet, pour que le vin vieillisse de manière régulière, le respect de certaines conditions s’avère indispensable. Pour conserver correctement le vin, il faut le mettre dans une cave à bonne température, avec un taux d’hygrométrie égal à 70 % ou 75 %.

Les investisseurs ne sont pas obligés de garder l’objet de leur investissement chez eux. Ils peuvent louer un espace dans des caves destinées à cet effet. En effet, pour faciliter leurs tâches, des particuliers et professionnels mettent à leur disposition des caves satisfaisant les critères requis pour conserver des vins à de meilleures conditions.

Un investissement vin via des produits financiers

 

Investir dans le vin via des fonds communs de placement spécialisés dans le vin est tout à fait possible. Pour cela, il faut détenir une part au sein des entreprises connues également sous le nom de « caves patrimoniales ». Le placement consiste à acquérir le vin, à le stocker puis à le revendre dans l’objectif de produire du rendement sur le long terme. L’intégration au sein de ces organismes procure de nombreux avantages. En effet, le ticket d’entrée est abordable (à partir de 1 000 euros), alors que les risques encourus par les investisseurs sont minimes.

Quelques astuces pour réussir son investissement en vin

Lecture !
⇒ Pour en savoir plus et en complément sur ce sujet, je vous conseille de vous procurer et de lire ce livre « Les placements dans le vin. Une goutte de plaisir dans votre patrimoine » de Daguenet Eric.

investir dans le vin

 

–        Un investisseur qui n’est pas amateur de vin peut avoir du mal à s’intégrer dans ce marché. Car comme tout autre investissement, il est impératif de se tenir au courant de l’évolution des besoins des consommateurs et celle de la tendance. Les vins à caractères « spéculatifs » sont multiples. Ceux originaires de Bordeaux (Petrus, Cheval Blanc, Pavie… ) et de Bourgogne en font partie.

Lien utile pour du vin haut de gamme : investir dans le vin

–       La détermination de la meilleure source d’approvisionnement est également fondamentale. Ces fournisseurs doivent proposer des produits présentant un excellent rapport qualité/prix. L’investisseur peut acquérir les vins dans les salles aux enchères ou en ligne.

–          En ce qui concerne la conservation, il convient de savoir que plus l’état des bouteilles est irréprochable, mieux ils se vendent. Certes, l’acquisition de millésimes anciens peut être rentable, toutefois, le contrôle doit être de rigueur. La température de conservation ne doit présenter aucune variation, et le lieu de conservation doit être suffisamment humide.

–        Étant donné que investir dans le vin constitue un placement à long terme, il exige énormément de patience. Une fois achetées, les bouteilles de vin se valorisent avec le temps. Il faut les revendre uniquement quand la plus-value est suffisante.

Dans certains cas, l’investisseur passe par un intermédiaire dans l’acquisition du vin, objet de son investissement. En principe, ce prestataire devrait l’aider à assurer le succès de son investissement (choix du vin, de la bouteille, du lieu de stockage et des conditions de conservation…). Toutefois, force est de constater que le marché du vin n’est pas à l’abri des arnaques : fausses bouteilles, fourniture du mauvais millésime, bouteilles non conformes à la description… C’est la raison pour laquelle il convient de bien choisir son intermédiaire.

À titre d’exemple :

 

Nous pouvons prendre un des grands cru de Bourgogne, le Pinot Noir de Richebourg. Son prix flirte avec les 12200 euros la bouteille ! Pourquoi, parce que la production de ce vin est limitée et donc rare (prés de 30000 produites) d’où son prix élevé! 
Sa production limitée vient du fait que l’espace cultivé de ce grand cru est étroit, tout juste plus de 8 hectares qui font partie des meilleurs terrains et qui surtout lui permettent de bien vieillir.
Vous l’aviez compris, il est le plus cher vin du monde. En deuxième position, on retrouve en bonne place le Romanée-Conti avec un prix de plus de 9300 euros la bouteille quand même !

Conseil avant d’investir dans les grands crus et vignoble

 

Dans un investissement vin, les bénéfices peuvent plus que doubler si vous êtes rémunérés en bouteille. En effet, leur prix est appelé à monter au fil des années, d’où une plus-value potentielle intéressante. Les terres prestigieuses progressent aussi assez vite. S’y additionnent les avantages fiscaux comme l’exonération d’impôt de solidarité sur la fortune et de droits de donation à hauteur de 75 % jusqu’à 101 897 € et 50 % au-delà.

Pour acquérir un domaine viticole, il faut avoir de gros moyens et les reins solides. Les domaines en vente sont relativement panachés tant en surface qu’en qualité de vignoble. Pour un placement plus modéré, préférez des parts de groupements fonciers viticoles. Intéressez-vous spécialement aux parts de GFV de grands crus qui annoncent d’excellents taux de bénéfice. Le ticket d’entrée varie entre 2000 et 20 000 € la part.

Avec le vin, le potentiel de plus-value peut être important !

Bonne dégustation !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge