Vieillesse et la dépendance : les grands dangers !


vieillesse-dependance

Chacun aspire de séjourner assez longtemps sur terre pour voir grandir ses enfants et petits enfants, mais comme tout être vivant, on vieillit au fil des âges. A partir de la soixantaine, tout individu voit ses facultés physiques ou mentales diminuer progressivement au point de devenir plus ou moins dépendant vis-à vis d’autrui. Toutefois, vieillesse et dépendance sont des situations tout à fait différentes qui sont étroitement liées.

Comment faire pour éviter l’état de dépendance du à la vieillesse ?

Une nonagénaire est une personne à part entière qui a ses droits et ses obligations. Etre vieux ne signifie pas d’emblée être dépendant de qui que ce soit,  mais de la vieillesse à la dépendance il n’y a qu’un pas.

Pour prévoir la dépendance sous toutes ses formes durant les moments de vieillesse, il faut prendre des mesures adéquates quand on est encore dans la force de l’âge. Pour cela, l’adoption d’une mode de vie simple aide efficacement à biaiser l’état de dépendance. Durant les temps de jeunesse, faites régulièrement des exercices physiques. Si vous n’êtes pas accro aux sports, sachez que la marche aide à tonifier la circulation et revivifie les muscles. Alors, marchez sans modération quand vous en avez l’occasion.

Les produits industriels courants sur le marché sont délicieux, mais ils sont parfois trop sucrés, très salés ou démesurément assaisonnés. Ces types de nourritures engendrent des pathologies au niveau des viscères et dans les articulations. Consommez plutôt beaucoup de fruits et légumes. La surconsommation de viandes provoque rhumatismes, arthrites et douleurs articulaires qui sont des maladies courantes chez les sujets âgés. Alors, veillez bien à la qualité de vos aliments durant votre jeunesse.

L’alcool, au tabac et les drogues de toutes sortes attaquent les cellules nerveuses et les neurones. Les symptômes de déficiences mentales n’apparaissent qu’au bout de quelques années et notamment chez les personnes âgées dont les systèmes immunitaires sont affaiblis.

Pour prévoir la dépendance financière durant la vieillesse, souscrivez une assurance vie, santé ou vieillesse lorsque vous êtes encore jeune. Les dépôts en banque et dans les organismes d’épargne proposent aussi des taux d’intérêt forts intéressants. Le capital accumulé au bout de 20 ou 30 ans vous aidera à faire face aux problèmes financiers inhérents  aux séniors.

La vieillesse, ses joies et ses peines

C’est merveilleux de passer le cap de la soixantaine. On part à la retraite et on est libéré des obligations professionnelles. Côté familial, les enfants sont déjà grands. Les uns travaillent déjà tandis que les autres sont casés dans leurs foyers. Maintenant, il est temps de s’occuper de soi et de s’adonner  aux activités auxquelles on n’avait pas eu le temps de se consacrer auparavant. Bref, c’est la liberté totale, mais est-ce vrai ?

La vieillesse est une phase incontournable de la vie qui a ses joies et ses peines. A soixante ans, on fait adhère automatiquement au club des séniors. Les sources de revenus s’étiolent. Les fatigues amassées depuis de longues années entrainent des gênes plus ou moins important au niveau du corps. Les décès des proches ou des êtres chers sont parfois mal digérés chez les personnes âgées et risquent de provoquer une sensation de mal-être.

De leur côté, les cellules humaines perdent progressivement leurs prédispositions naturelles à se renouveler. Leurs détériorations engendrent des troubles physiques ou psychiques au niveau de l’organisme. Ces dysfonctionnements tout à fait naturels fragilisent petit à petit les sexagénaires. Ils peuvent engendrer des incapacités ou des pathologies susceptibles d’amener à la dépendance partielle ou totale d’un sujet.

La dépendance et ses déboires

Malgré leur âge avancé, pas mal de séniors restent en bonne santé et gardent leur indépendance durant les quelques années qui leur restent à vivre. Néanmoins, ils sont peu nombreux en comparaison des populations âgées qui sont dans une situation de dépendancesociale, économique ou pathologique. En effet, l’état de dépendance est différent d’une personne à une autre.

Aujourd’hui, de nombreux séniors ne disposent que de la minimum vieillesse pour survivre. Leur précarité financière les rend moroses et acariâtres vis-à vis des tiers et fragilise leur vie familiale et sociale. Certains d’entre eux vivent en reclus dans leur petite propriété. Leurs proches et le  voisinage les rendent visite de temps à autre pour faire leurs courses, les assister dans les travaux quotidiens ou préparer leur repas. D’autres sont placés dans des maisons de retraite suivants les décisions de leurs proches parents ou des services publics.

La diminution des facultés physiques et mentales altère aussi l’état de santé des personnes âgées. Ces situations nécessitent l’aménagement de diverses formules d’accompagnement de la part de tous. Aujourd’hui, bon nombre d’organismes publics et privés déploient une multitude de services et de prestations dédiée aux séniors, mais mieux vaut prévenir que guérir. On peut prévoir l’état de dependance engendrée par la vieillesse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge