S’adapter à la réforme fiscale !


réforme fiscale france

 

La réforme fiscale rebat les cartes de l’épargne. En effet, ces changements pourront imposer des arbitrages patrimoniaux. Les réformes prévues par Emmanuel Macron doivent être avantageux pour ceux qui contribuent à la croissance et à l’emploi. Il est à noter que la création du « flaxtax » de 30% simplifie le mode de taxation. Cependant, cette simplification ne veut pas toujours dire une réduction d’impôt. D’autant qu’elle s’accompagne d’une augmentation de la CSG qui passera a priori au premier janvier 2018 de 15,5 à 17,2 %.

Qui sont les gagnants de la réforme fiscale ?

Outre les prélèvements sociaux qui vont grimper à 17, 2%, cela reviendrait à une taxation qui ne dépasserait pas 12,8%. Avec la réforme fiscale, les contribuables sont les vrais gagnants dont le taux marginal d’imposition est supérieur à 14%. Mais cela est un peu plus compliqué dans les faits, car il faut tenir compte de la spécificité de chaque type de revenu financier. Parfois, les revenus perçus bénéficient aujourd’hui de dépression.

La plupart des dividendes ne sont pas imposés sur la totalité des sommes perçues. Actuellement, les plus-values sur actions profitent d’un abattement variant en fonction de la durée de détention du titre. En somme, si le projet de réforme maintient en l’état ces abattements, la plupart des contribuables seront gagnants. En revanche, si ce n’est pas le cas, seuls les contribuables taxés dans les tranches les plus élevées bénéficient de cette réforme.

Par ailleurs, avec la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, le pari est en grande partie remporté. En effet, la suppression de la taxe d’habitation permet de booster le pouvoir d’achat des ménages. Tous ceux qui peuvent favoriser l’emploi et la croissance, que ce soit de près ou de loin, sont aussi des gagnants de la réforme fiscale. Parmi les gagnants, il y a les entrepreneurs et les salariés, avec la baisse des impôts pour les sociétés et la baisse des cotisations pour les salariés. En fixant l’imposition de leurs revenus du capital à 30 %, les Français les plus aisés sont aussi les grands gagnants de cette réforme fiscale !

Réforme fiscale : ce qui va changer pour vos impôts et vos placements

Le remaniement des prélèvements sur les revenus de l’épargne va affecter la gestion de votre patrimoine et la hiérarchie des placements.En effet, le flaxtax ou l’impôt à taux unique s’applique à l’ensemble de vos placements, à savoir : l’assurance vie, les intérêts, les dividendes, les plus-values, … En revanche, les livrets défiscalisés comme le livret A et le LDD conservent leurs avantages, tout comme l’épargne salariale.La fiscalité du PEA ne serait pas modifiée sauf pour les prélèvements sociaux sur les retraits qui seront touchés par la hausse de la CSG.

Actuellement, en cas de retrait avant deux ans, les gains nets sont imposés à 38%,prélèvements sociaux compris, et à 34,5% entre deux et cinq ans. Par conséquent, après la réforme fiscale, il est préférable de détenir un compte-titres ordinaire pour des titres cédés moins de deux ans après leur acquisition, car les gains réalisés seraient imposés à 30% contre 39,7% dans le cadre du PEA. C’est pareil pour les titres cédés entre deux et cinq ans, les gains réalisés seraient imposés à 30% contre 36,2 %.

En somme, mettez à plat la fiscalité de vos placements pour voir si des arbitrages sont à effectuer. Restez également fidèle au Livret A et au LDD pour vos liquidités car ils sont exonérés d’impôts et de prélèvements sociaux sur les gains. Pour votre trésorerie de moyen terme, pensez aussi aux vieux PEL car ils resteraient exonérer jusqu’à leur 12ème anniversaire.

 

CET ARTICLE VOUS A ÉTÉ UTILE, n’hésitez pas à le partager !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *