Quelles perspectives pour l’investissement dans l’immobilier ?


immobilier 2018

 

Evolution des prix, des taux de crédit, fiscalité, futur projet de loi… quelles perspectives pour l’investissement dans l’immobilier en 2018. En effet, les investissements immobiliers sont prisés par les investisseurs par rapport aux produits purement financiers. Et cela ne devrait pas changer dans la perspective de l’année 2018 et même dans les années à venir.

Principales nouveautés en immobilier pour l’année 2018

Des mesures sont déjà effectives dès janvier 2018 en attendant le futur projet de loi logement qui doit entrer en vigueur au printemps. En effet, la taxe d’habitation est progressivement supprimée pour 80 % des contribuables. Cela a pour objectif de réduire la taxe de 30 % jusqu’à l’exonération totale, entre 2018 et 2020.

  • Le dispositif Pinel est prolongé en zones tendues (A et B1) jusqu’au 31 décembre 2021, pour les investisseurs. En revanche, les zones zone B2 et C pourront toujours bénéficier du Pinel mais sous condition.
  • Le prêt à taux zéro dans le neuf est maintenu, pour les primo-accédants, dans les zones A et B1 jusqu’à fin 2021 avec une quotité inchangée de 40%. Le prêt à taux zéro est finalement maintenu dans les zones B2 et C, mais pour deux ans seulement, c’est-à-dire jusqu’à fin 2019, et avec une quotité réduite de 20%.
  • La vente de terrains constructibles est encouragée avec des avantages fiscaux pour libérer le foncier.
  • Pour cette 2018, on rabote les APL, on taxe les PEL et CEL, et on contrôle progressivement la location touristique. Enfin, l’impôt sur la fortune immobilière est créé.

L’impact de ces changements pour l’investissement immobilier 

Certains de ces changements ne sont pas propices au marché immobilier. En effet, l’intérêt des acheteurs sur certains types de biens immobiliers dans certaines zones géographiques va être réduit suite aux restrictions sur le prêt à taux zéro ou sur la loi Pinel. Les plus gros patrimoines du placement immobilier vont se détourner à cause des réformes comme a mise en place de l’IFI à la place de l’ISF.

En revanche, certains changements pourront redonner un peu de pouvoir d’achat aux ménages tels que la réduction de la taxe d’habitation, la réduction de l’ISF, ou encore la possibilité de changer plus facilement d’assurances de prêt immobilier.

Il faut noter que tous ces changements ne provoquent qu’un petit impact sur l’évolution des prix des biens immobiliers, que ce soit une maison ou un appartement. La seule chose qui peut faire grimper le prix de l’immobilier est la hausse des taux d’intérêts.

  • L’évolution des prix dans l’ancien :

Avec des taux d’intérêts attractifs en 2017, le marché immobilier a connu une année exceptionnelle au niveau des transactions. En parallèle, la tendance à la hausse des prix s’installe de façon durable dans grandes villes. On enregistre ainsi des hausses moyennes comprises entre 2 et 5 % pour les appartements à Marseille, Toulouse, Nantes, Lille, Nice, Montpellier, Paris ou encore Strasbourg. On enregistre même une hausse de 12% à Bordeaux, 7% à Paris et 6% à Lyon. On remarque le même phénomène pour les maisons anciennes, toutefois, la hausse générale est moins prononcée.

  • L’évolution des prix dans le neuf :

Avec un total de 33.000 logements neufs réservés, la hausse des ventes atteint + 5, 3% sur une année. Grâce au Pinel, les ventes aux investisseurs augmentent, par contre, celles des propriétaires occupants sont portées par le succès du prêt à taux zéro. Par conséquent, les valeurs sont en hausse.En régions, le prix moyen d’un logement neuf se met à plus de 3 800 €/m2 soit une augmentation annuelle de 3, 4 %.En Ile-de-France, la barre symbolique des 5 000 €/m2 est quasiment atteinte et la hausse atteint désormais près de 2% sur un an.

Que peut-on attendre en immobilier en 2018 ?

Pour cette année 2018, la hausse des prix suite à de nouvelles baisses importantes des taux semble prendre fin. Par conséquent, le marché immobilier doit retrouver un nouvel équilibre. D’après les tendances observées fin 2017, avec des taux stables, on peut s’attendre à une stabilisation, voire une légère baisse de prix en 2018. En revanche, en cas d’une hausse plus importante des taux, on peut s’attendre à un risque de ralentissement des ventes. En somme, tout changement important sur les taux peut faire craindre une chute importante de la valeur de ces actifs, en particulier de l’immobilier.

C’EST ARTICLE VOUS A-T-IL ÉTÉ UTILE, n’hésitez pas à le partager !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *