Investir et acheter a Cuba : est ce le moment ?


acheter a cuba

Aujourd’hui, il devient plus facile pour les hommes d’affaires issus du monde entier de revenir faire des affaires,  acheter a cuba et cela avec une belle réduction d’ impôts à payer. Un peu comme s’il était coupé du monde durant presque un demi-siècle, voilà qu’une nouvelle ère commence pour Cuba.

Afin d’attirer le maximum de businessman dans leurs pays, le gouvernement cubain n’a pas hésité à mettre en application de nouvelles lois sur l’investissement des affaires étrangères. Avec ces récents décrets, la réglementation de septembre 1995 ne prend plus effet. Il faut rappeler que cette loi n’autorisait pas les étrangers à lancer des projets a Cuba.

Les essentiels avant d’investir et acheter à Cuba

 

Pour mettre en avant un projet à Cuba, un étranger se doit d’obtenir l’aval des chefs d’État cubain. Pour faire prospérer son affaire, l’entrepreneur étranger doit aussi effectuer le point sur deux éléments.

  • Il doit être conscient de la singularité de Cuba. Pour qu’un placement réussisse dans ce pays, il devra en savoir beaucoup sur la structure de la nation, sur son économie sans négliger de procéder à une étude du marché. Ces informations permettront à un investisseur de choisir le meilleur agencement pour son entreprise. Un promoteur étranger doit aussi connaître que pour les acheteurs locaux, le prix représente un élément essentiel sur le commerce. À la République de Cuba, il faut donc savoir jouer sur la compétitivité des coûts des produits sans pour autant oublier la qualité. Cela est valable que ce soit pour les produits consommables ou inconsommables.
  • Avant de fonder une boite au pays du Castro, un investisseur doit d’abord penser à l’impact de son placement sur la population locale. Ce ne sera qu’après qu’il comptera ses avantages personnels. C’est ce qui différencie un investissement effectué à Cuba et dans un autre pays. Il devient donc rare qu’un étranger réussisse à créer une société dans ce pays tant que le projet n’est pas fructifiant pour la nation. À Cuba, un investisseur étranger doit toujours considérer l’État comme étant un partenaire commercial.

 

Comment acheter une maison a cuba ? l’immobilier, un domaine prometteur à Cuba

 

Comment acheter une maison a Cuba ? Depuis l’entente qui subsiste entre les USA et Cuba, l’État cubain met en avant toutes les dispositions nécessaires pour favoriser l’élargissement des propriétés des entreprises non originaires de Cuba. Dorénavant, plusieurs secteurs disent déjà « oui » à une collaboration innovatrice avec les firmes étrangères et celui de l’immobilier en fait partie. Pour les années à venir, le gouvernement prévoit l’arrivée d’un grand nombre de businessman étrangers. Pour les héberger, le pays doit augmenter le nombre de ses infrastructures.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il encourage les entreprises locales qui collaborent déjà avec des investisseurs étrangers à miser sur la construction de maisons flambant neuf. La conception de nouveaux hôtels de luxe est aussi à envisager.

 Certes, aujourd’hui, les personnes d’une autre nation ne peuvent pas procéder directement à un achat maison cuba, mais dans un avenir proche, l’État projette de modifier cette loi.

Dans l’immobilier, par quelle possibilité un étranger peut-il acheter a cuba ?

 

Pour un non originaire de Cuba qui veut obtenir un logement à lui dans le pays, le seul moyen d’acheter a cuba est de devenir un résident constant de la contrée. Pour jouir de ce statut, il doit détenir des documents qui prouvent qu’il réside de manière inaltérable dans la région sinon il doit être marié avec un citoyen du pays de Castro.

L’État considère aussi celui qui possède un fils à Cuba comme étant un occupant permanent du pays. Sinon, pour acheter une résidence dans les meilleurs quartiers de Cuba, il faut prévoir entre 15 000 euros et 22 000. Pour ce qui est de l’achat de terrain à Cuba, le territoire du cigare, jusqu’ici, aucun étranger ne peut bénéficier de ce privilège.

Le rapprochement des USA avec Cuba

 

Un peu comme s’il était coupé du monde durant presque un demi-siècle, voilà qu’une nouvelle ère commence pour Cuba. Même si la reprise de la relation entre ce pays et les États-Unis n’est devenue officielle que très récemment, la situation ne semble étonner que très peu de monde. Pourquoi donc ? Parce que la main à main qui subsistait entre Barack Obama et Raúl Castro lors du jour de l’hommage à Mandela a déjà su résumer au monde entier la situation à venir.

Des retrouvailles en faveur de Cuba

 

Depuis le mois de février 1962 jusqu’à 2009, la nation cubaine était obligée de vivre avec un grand nombre de restrictions. Avec les différentes sanctions que le pays devait supporter, le gel économique représentait la conséquence la plus marquante. Aujourd’hui, avec le rapprochement entre les USA et Cuba, ce dernier aura peut-être la chance de remettre sur pieds sa situation économique. Il faut savoir qu’à ce jour, Cuba vit avec un déficit économique qui équivaut à plus de 100 milliards de dollars.

Quelle suite pour Cuba après la levée des sanctions ?

 

À la suite de la nouvelle entente entre les USA et Cuba, les opérateurs économiques du pays ont surement retrouvé leurs souffles. Après cinquante ans de pénalisation, la porte de la mondialisation s’ouvre de nouveau à tous les Cubains qui travaillent dans un domaine financier, dans le transport, dans le commerce, dans l’agriculture… Les échanges économiques et financiers pourront à nouveau se faire. Sur le marché international, le pays n’aura plus de problème à mettre en avant ses produits tels que le tabac, le sucre ou encore le rhum. Les pays étrangers pourront aussi acheter à Cuba des produits locaux dont ils auront besoin.

Nouveau décret cubain suite au dégel entre les deux États.

 

Pour leurs parts, les dirigeants du pays n’ont pas attendu longtemps afin de voter de nouveaux décrets qui accordent aux étrangers le droit d’acheter a cuba. Ce changement a pour objectif d’alléger les procédures nécessaires pour effectuer des échanges avec des pays comme le Brésil, l’Équateur, ou le Venezuela. Bien sûr, les membres du gouvernement envisagent d’instaurer une loi semblable pour permettre aux investisseurs venant de l’Union européenne de faire de même.

Réconciliation avec Cuba, quel avantage pour les USA ?

 

En un coup d’œil, la réconciliation entre Cuba et USA semble jouer directement en faveur du pays de l’Amérique latine, mais en réalité, ce changement de cap apporte aussi bien de choses positives pour les USA. Après des années de réflexion, Washington s’est rendu compte que plus l’embargo envers Cuba dure, moins les affaires des économistes en USA sont rentables. Cette fois-ci, la régularisation des rapports entre Cuba et les USA permettra à plusieurs entreprises issues des États-Unis d’élargir leurs commerces. Dans un avenir proche, plusieurs firmes envisagent déjà de solliciter les services des banques de Cuba, un nouveau terrain pour les businessmens étrangers.

Si avant la débâcle USA-Cuba, il était impossible pour les businessmen issus de l’UE de vendre leurs produits sur le sol de Cuba, aujourd’hui, cette ère est révolue. Il devient même possible d’y bâtir des fondations ! Les étrangers pourront effectuer un achat d’une à maison Cuba. À ce jour, une soixantaine de sociétés issues principalement de France ont déjà signé pour investir dans le pays. Les plus connus sont les opérateurs téléphoniques comme Bouygues ou encore les compagnies aériennes comme Air France.

Cuba, une destination accueillante pour les étrangers

 

Contrairement aux années précédentes, les autorités cubaines sont devenues plus souples envers les étrangers et les touristes. À présent, ceux qui viennent visiter le pays pourront rapporter des articles de souvenir tant que la valeur des articles ne dépasse pas les 400 dollars. Certes, ce changement de cap ne pourra que ravir les voyageurs qui ne cessent de venir en masse dans cette région du monde.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *